Le coaching : entre Savoir, Intuition et Confiance

Le coaching : entre Savoir, Intuition et Confiance

En tant que coach, nous sommes confrontés à une difficulté majeure : celle de ne pas savoir ce qui nous attend dans la relation qui va se mettre en place. En effet, notre matière première est l’Humain avec un grand « H » dans toute son unicité et sa complexité. Nous essayons de nous préparer au mieux à notre rôle grâce à l’acquisition de savoirs se rapportant au fonctionnement de la psyché humaine, à la gestion des processus et à l’utilisation de divers outils de résolution de problèmes. Ces connaissances nous permettent d’ouvrir des options de chemins menant vers des solutions. Cependant, ce savoir n’est largement pas suffisant. C’est là, que la finesse du coach entre en jeu. Cette fameuse intuition professionnelle qui va pousser le coach à poser la ou les « bonnes questions », celles qui font réfléchir et qui vont donner une perspective nouvelle au chemin du coaché.

Magnifique ! Me direz-vous… Mais comment développer cette intangible intuition ?

Pour lire la suite, cliquez sur le titre

Coaching-Services s’agrandit et ouvre de nouveaux bureaux

Coaching-Services s’agrandit et ouvre de nouveaux bureaux

Dans le but de renforcer notre présence en Suisse romande et assurer encore plus de proximité avec nos clients, nous avons l’immense plaisir d’annoncer l’ouverture de nos nouveaux bureaux et de vous rappeler que nous sommes désormais présents à Nyon, Lausanne, Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds.

Nous offrons dans ces différents lieux des prestations de coachings, de bilans professionnels et/ou de supervisions individuelles.

Pour lire la suite, cliquez sur le titre

Prendre ses jambes à son cou

Prendre ses jambes à son cou

On me demande parfois, et peut-être à vous aussi d’ailleurs, si le coaching peut potentiellement faire du mal. Ma réponse habituelle est que non, même dans les situations où le coaching ne donne pas de résultats probants et que les objectifs ne sont pas atteints, il est extrêmement peu probable que celui-ci ressente des effets néfastes de son coaching.

A mon avis, la raison est au final assez simple et peut se résumer ainsi. Un bon coach n’amène en principe rien d’autre que sa capacité à poser des questions auxquelles le coaché est seul à pouvoir donner une réponse. Il ne propose pas (ou très rarement) ses propres idées et conseils au sujet de la situation de son client. Le coach n’introduit donc pas de « corps étranger » à l’intérieur de la réflexion du coaché. Ce sont ces corps étrangers qui pourraient dans certains cas constituer potentiellement un risque, bien qu’il reste plutôt minime.

Ceci dit, pour proposer une réponse complète et équilibrée, il faut tout de même admettre que certains types de coachs peuvent ne pas présenter toutes les garanties possibles.

Pour lire la suite, cliquez sur le titre