Adieu…

 

« On a beau avoir une santé de fer, on finit toujours par rouiller. »  Jacques Prévert
 

Quitter, partir, ficher le camp, déguerpir, se tirer, se barrer, fuir, démissionner, plier bagage, tirer sa révérence, s’envoler…

Derrière ces synonymes se cachent de fortes nuances émotionnelles à l’égard des situations et des personnes que l’on quitte. De mon côté, j’ai l’impression de lever l’ancre et de mettre les voiles : deux métaphores maritimes exprimant au plus près ce que je vis intérieurement dans cette transition de vie. Un nouvel horizon est devant moi et m’invite au voyage ; la destination est connue de tous (!) ; le parcours est à créer. Je détache les amarres pour une nouvelle étape de vie, une belle aventure dont je ne connais ni les contours, ni les détours. Je souhaite dériver sur des chemins de traverse, dans l’espoir que la découverte soit toujours au rendez-vous. Je me réjouis de faire la nique à une vie trépidante, le vide ouvre des perspectives réjouissantes. Les balises au milieu de l’océan de la retraite seront la famille, l’amitié, l’envie du moment, l’imprévu et mes passions.

Quitter c’est forcément partir de quelque part ! Un coach-formateur est sensé savoir quitter. Il vit régulièrement cette situation : la fin d’une séance, d’un coaching, d’une formation. Qu’en est-il lorsqu’il met un terme à son activité professionnelle ? Je découvre la différence d’enjeux identitaires entre toutes les petites « fins professionnelles » qu’un coach vit dans sa carrière et la retraite. Je m’éloigne de mon port d’attache, je coupe les amarres de ce qui a été pour moi une très belle aventure humaine dans mon parcours professionnel : Coaching-Services. Pourtant, mon attachement est fort et restera dans mon cœur quand bien même l’éloignement sera effectif. Je suis reconnaissant des traces indélébiles et chaleureuses que mes comparses me laissent. J’ai tant partagé, ri et grandi à leurs côtés. Que du plaisir !  Finalement, décider de s’éloigner de la chaleur humaine est émouvant, mais pas désespérant dès lors que le vent du large m’appelle et que des envies sont devant moi.

Restent fidèlement au port et aux affaires mes deux chères collègues Natacha et Myriam qui, chacune à leur manière, m’ont fait confiance et m’ont montré ma valeur et ma richesse. Je n’oublie pas Carine, notre secrétaire comptable, sans qui nous ne pourrions faire tourner la boîte. MERCI !

Avec bonheur, je vois s’approcher du port une embarcation et un marin à barbe (!) en train de baisser ses voiles. Bienvenue et au revoir Jeff, une nouvelle étape professionnelle débute pour toi. Tu seras en bonne compagnie. J’ai entière confiance que tu sauras relever le défi et donner ta couleur à nos formations.

Ma reconnaissance va aussi aux trois anciens associés. Feu Bernard, Jean-Michel et Fred. En effet avant de quitter sa place, il faut que des personnes vous en aient donnée une : MERCI !

Je garde pour la fin ce qui fonde ma mission et l’existence même de Coaching-Services : les personnes. MERCI à tous mes clients, mes coachés, pour leur confiance, l’authenticité et la profondeur des partages. Je pars avec un capital de belles rencontres…

Et mon dernier mot d’adieu sera évidemment une question à mâchouiller… Partir à la retraite interroge la diversité des sources de notre identité, sachant que cette transition se réussit bien avant qu’elle ait lieu.

Où puises-tu ce qui te définit ?

Pour ma part, rassurez-vous, tous les œufs identitaires ne sont pas dans le panier « profession » !

Ainsi, il y a de la joie à dire adieu…

Eric Gubelmann, coach et formateur en partance pour de nouvelles aventures