Pour nombre de personnes, les vacances sont un antidote au stress du travail, une pause, une occasion de casser le rythme et de se laisser aller au plaisir de vivre. C’est le moyen d’équilibrer la machine et de récupérer ce fameux temps pour soi que l’on n’a pas le reste de l’année. C’est l’occasion également de récupérer de l’énergie en se reposant (enfin !) et en cultivant tous ces moments de loisirs qui nous font tant de bien. Voici les vacances telles que nous les rêvons tous…

Maintenant, voici les vacances dont certains coachés me parlent. Les vacances : c’est compliqué. Il y a déjà le stress des réservations qui se met en place environ 6 mois avant. Il faut choisir, comparer, négocier les dates avec les collègues puis avec le patron, négocier les prix et réserver. Lorsque la date des vacances approche, le stress augmente. Il faut s’organiser pour finir un maximum de tâches avant de partir, déléguer ce qui peut l’être et en même temps il faut anticiper l’organisation des vacances. Il y a toujours des achats de dernières minutes, la liste des choses à ne pas oublier, les bagages à faire et la planification du trajet en cherchant à optimiser les kilomètres, les frais, les risques de bouchons.Puis les vacances sont là, il y a toujours le stress de ne pas savoir ce qui se passe au travail durant son absence. Faut-il prendre le PC avec soi pour pouvoir se connecter et se tenir au courant des problèmes ou essayer de tout oublier au risque de voir grandir l’inquiétude quant à ce qu’on va retrouver en rentrant ? Le besoin de déconnecter est présent mais c’est toujours plus difficile. Les responsabilités, on les emporte avec soi. Finalement, il faut être fort même en vacances, car cela demande beaucoup de courage de lâcher prise…Et puis il y a cette obligation de profiter de ses vacances. Pas question de ne rien faire sinon qu’est-ce qu’on pourra bien raconter aux collègues si l’on n’a pas soigneusement visité la région et fait mille choses en famille ? Et la famille justement, elle nous attend au tournant. Le conjoint se réjouit de pouvoir avoir du temps en couple pour entamer les grandes discussions sur l’avenir et les problèmes en cours et les enfants veulent profiter de ce même temps pour réaliser toutes les activités qui leur tiennent à cœur et que nous avons maintes fois repoussées faute de temps.

En tant que coach, je me dois de prendre en compte la réalité du client telle qu’elle est. Rien ne m’empêche de lui restituer que sa perception influe directement sur son état de stress. En effet, notre manière de percevoir les évènements va influencer nos interprétations et donc nos manières de vivre notre réalité. Un travail de fond doit cependant être entrepris avec le coaché afin de mieux identifier les facteurs d’usure et de ressourcement qui lui sont propres tant dans la vie privée que dans la vie professionnelle. Seule cette connaissance de ses besoins et de son fonctionnement permettra au coaché de prendre de la distance afin de construire son équilibre sans jugement et sans vouloir se conformer à une recette universelle forcément éloignée de sa réalité quotidienne.
——————————————————————————————

Pour ceux qui se sentent concernés par cette difficulté, je vous rappelle que nous proposons un atelier sur ce thème qui se déroulera cet automne à Bois-Genoud « Equilibrer sa vie privée et professionnelle ». En seulement quatre demi-journées vous pourrez avancer sur le chemin de la découverte de vos ressources et de vos facteurs d’usure et réaliser un bilan de votre situation personnelle  ouvrant la voie au changement…

Au plaisir et en vous souhaitant à tous une bonne reprise !

Natacha Andenmatten, août 2015